N° 179 | octobre 2017

Modification du comportement alimentaire pendant la grossesse. Etude d’intervention norvégienne « Norwegian Fit for Delivery »

Télécharger Imprimer

Le régime alimentaire d’une mère pendant la grossesse influence à la fois la santé à court terme et à long terme de son enfant et la sienne. Les futures mères étant souvent particulièrement motivées pour un changement de comportement, la grossesse est considérée comme une fenêtre d’opportunité pour les initiatives de santé publique 1. Dans l’étude NFFD (Norwegian Fit for Delivery, Étude norvégienne d’adaptation des apports alimentaires à l’accouchement), nous avons mis au point une intervention sur le mode de vie associant des conseils diététiques et des exercices physiques deux fois par semaine pendant la grossesse, dans le but d’éviter une prise de poids excessive, de réduire la proportion de nouveau-nés de poids élevé et d’améliorer la santé en général au cours de la grossesse. Cet article est le résumé d’une publication antérieure décrivant la composante alimentaire de l’intervention et la façon dont elle a influencé le comportement alimentaire après cette intervention 2.

10 recommandations alimentaires

De 2009 à 2013, 606 femmes primipares ont été recrutées en début de grossesse dans 8 cliniques médicales du sud de la Norvège et randomisées pour recevoir des conseils diététiques et suivre deux fois par semaine des séances d’exercice physique pendant le reste de leur grossesse ou des soins de grossesse classiques en continu. Toutes les participantes ont rempli un questionnaire qui comprenait des items liés au régime alimentaire à l’entrée dans l’étude, avant la randomisation.

L’intervention alimentaire était basée sur 10 recommandations alimentaires (voir ci-dessous) 3.

Les 10 recommandations alimentaires de l’étude norvégienne d’adaptation des apports alimentaires à l’accouchement
1. Mangez des repas réguliers
2. Buvez de l’eau quand vous avez soif
3. Consommez des légumes chaque jour au dîner
4. Pour vos collations, choisissez des fruits et des légumes
5. Mangez des sucreries et des en-cas seulement lorsque vous
en avez vraiment envie
6. Choisissez des portions de petite taille pour les aliments
néfastes pour la santé
7. Limitez votre apport en sucres ajoutés
8. Limitez votre apport en sel
9. Ne mangez pas lorsque vous n’avez plus faim
10. Lisez les étiquettes nutritionnelles

 

Peu après leur entrée dans l’étude, les femmes du groupe d’intervention ont reçu une brochure décrivant les 10 recommandations alimentaires. Elles ont également bénéficié de deux entretiens téléphoniques avec un conseiller qualifié en nutrition et d’un accès à un site Internet comportant des recettes équilibrées et des messages stimulants. Un cours de cuisine à l’Université d’Agder était également compris.

Consommation plus fréquente de fruits et légumes pour les femmes ayant reçu les conseils diététiques

Au total, 508 femmes ont rempli les deux questionnaires à la fois avant et après l’intervention et étaient admissibles à l’étude. Il n’y avait pas de différence significative entre les deux groupes en ce qui concerne le comportement alimentaire à l’entrée dans l’étude ou les caractéristiques maternelles ou socio-démographiques. Les femmes en fin de grossesse dans le groupe d’intervention (n = 254) présentaient un score alimentaire global plus élevé et un comportement alimentaire plus favorable dans 7 domaines alimentaires sur 10 par rapport au groupe témoin (n = 254). Les femmes du groupe d’intervention ont indiqué une consommation d’eau plus élevée par rapport à la consommation totale de boisson, une consommation plus fréquente de légumes pour le dîner, un choix plus fréquent de fruits et légumes pour les collations et l’achat plus fréquent de portions de taille réduite d’aliments néfastes pour la santé que les femmes du groupe témoin. Elles ont également davantage limité l’apport en sucres, évité de manger quand elles n’avaient plus faim et indiqué avoir lu les étiquettes alimentaires plus souvent que les femmes du groupe témoin.

Amélioration de plusieurs aspects du comportement alimentaire

Associée à une augmentation de l’activité physique, elle a contribué à une prise de poids réduite pendant la grossesse. L’intervention alimentaire était limitée et il semble réaliste de l’intégrer dans les soins de grossesse classiques. Puisque ces femmes attendaient leur premier enfant, des améliorations alimentaires durables pourraient affecter non seulement ce premier enfant mais également leur conjoint et les enfants à venir. L’influence potentielle à long terme de l’intervention sur le régime alimentaire de la mère et de l’enfant et la santé sera examinée dans des études ultérieures.

Elisabet R. Hillesund
Département de Santé Publique, Activité physique et Nutrition, Université d’Agder, NORVEGE
Elling Bere
Département de Santé Publique, Activité physique et Nutrition, Université d’Agder, NORVEGE
Nina C. Øverby
Département de Santé Publique, Activité physique et Nutrition, Université d’Agder, NORVEGE
  1. Phelan S. Pregnancy: a «teachable moment» for weight control and obesity prevention. Am J Obstet Gynecol. 2010;202(2):135 e1-8.
  2. Hillesund ER, Bere E, Sagedal LR, Vistad I, Øverby NC. Effect of a diet intervention during pregnancy on dietary behavior in the randomized controlled Norwegian Fit for Delivery study. Journal Of Developmental Origins Of Health And Disease. 2016:1-10.
  3. Overby NC, Hillesund ER, Sagedal LR, Vistad I, Bere E. The Fit for Delivery study: rationale for the recommendations and test-retest reliability of a dietary score measuring adherence to 10 specific recommendations for prevention of excessive weight gain during pregnancy. Matern Child Nutr. 2015;11(1):20-32.
Retour Voir l'article suivant