N° 179 | octobre 2017

Importance d’une alimentation saine dès la grossesse

Télécharger Imprimer

Édito

Nutrition et grossesse avez-vous dit ? Un concept récent ? Pas du tout: on retrouve dans l’ancien testament dans le livre des Juges (13) la première consultation préconceptionnelle.

La femme de Manoach était stérile et n’avait pas d’enfants. L’ange de l’Eternel apparut à la femme et lui dit : « Te voici stérile, sans enfants. Tu deviendras enceinte et tu mettras au monde un fils. Maintenant, fais bien attention de ne boire ni vin, ni liqueur forte et de ne rien manger d’impur, car tu vas devenir enceinte et tu mettras au monde un fils ».

Depuis, certains mangent pour vivre ou survivre, d’autres vivent pour manger trop – ou trop mal.

L’éducation alimentaire débute dès l’enfance et se poursuit sans fin. Du désir de grossesse à la naissance, la prise en charge nutritionnelle est un élément majeur : meilleure fertilité, moins de complications obstétricales, néonatales, pédiatriques… Cercle sans fin de la vie.

La grossesse ne débute pas à la conception mais avant ! Une prise en charge nutritionnelle préconceptionnelle est indispensable. Prenons l’exemple de l’acide folique (vitamine B9), préconisé à la dose de 400 mg par jour au moins un mois avant le début de la grossesse et jusqu’à 2 mois.

Dans une enquête périnatale de 2010, seules 10 % des femmes avaient une prise conforme à ces conseils. L’optimisation nutritionnelle se poursuit jusqu’aux 2 ans de l’enfant, ce qui fait 1000 jours. Les auteurs de cette revue montrent que, grâce à une prise en charge diététique adaptée, une réduction des complications obstétricales est toujours possible, de la conception à la naissance, il n’est jamais trop tard !

En Iran, à Téhéran, l’équipe de S. Ziaei, a montré la possible réduction des pertes fœtales précoces par un meilleur équilibre micro nutritionnel.

En Australie, les femmes enceintes, même motivées, pensant manger sainement, avaient un écart significatif par rapport aux recommandations.

Enfin, en Norvège, en comparant 2 groupes de patientes, les unes avec une prise en charge diététique active, les autres sans, il a été montré un meilleur équilibre nutritionnel, conforme aux préconisations.

Thierry Harvey
Chef de Service, Maternité des Diaconesses, Paris, FRANCE
Voir l'article suivant