N° 157 | septembre 2015

Nouvelles recommandations nutritionnelles brésiliennes et promotion des fruits et légumes

L’absence de réglementation pour réduire la demande, l’offre, la disponibilité, le prix et l’attractivité des produits alimentaires malsains, profi te aux boissons sucrées, aux produits préparés à forte densité calorique et aux autres aliments raffi nés tout en écartant des aliments essentiels comme les fruits et légumes 1-3. Lorsque ces produits s’intègrent dans les systèmes alimentaires et les habitudes de consommation, les populations commencent à perdre des notions essentielles sur la vraie nature d’un aliment et sur la relation entre les aliments et la santé, la culture, les ressources naturelles et les interactions sociales. De plus, l’image des fruits et légumes est pervertie par des produits industriels qui créent l’impression que ces derniers sont équivalents ou peuvent remplacer la consommation de fruits et légumes frais 1,4.

C’est ainsi que le Guide (Guia) concernant les nouvelles recommandations nutritionnelles brésiliennes (Guia alimentar para a população brasileira) 3 a été conçu pour restaurer la valeur de l’alimentation et la faire reconnaître comme un acte social, politique et culturel. Il valorise des pratiques alimentaires traditionnelles saines et certains systèmes alimentaires, tout en encourageant la diversité agrobiologique et sociale du Brésil.

Plus de vrais aliments, plus de fruits et légumes !

Le Brésil possède toute une variété de fruits et légumes que l’on peut préparer et consommer de manières très différentes. Ces ressources permettent ainsi de répondre à l’appel de ce Guide lancé aux Brésiliens : consommer et valoriser de véritables aliments. En passant d’une vision simpliste basée sur les nutriments, à une vision globale fondée sur les aliments puis sur les repas, ce Guide a amélioré sa stratégie de communication auprès de la population, tout en améliorant l’attractivité alimentaire, puisque les Brésiliens consomment rarement des plats autres que ceux préparés à la maison. Même certains fruits, habituellement consommés à part, sont ajoutés dans certaines préparations alimentaires 3.

Pour respecter les recommandations du Guide pour une alimentation saine il faut implicitement promouvoir les fruits et légumes. Ces recommandations se focalisent sur des aliments naturels ou peu transformés*. Elles contrecarrent l’argumentaire des grandes sociétés agro-alimentaires, produisant des aliments ultra transformés et laissant croire aux gens qu’ils consomment beaucoup de fruits et légumes - alors qu’en fait ils n’en consomment que peu ou pas !

Ainsi, ce Guide permet de démystifi er les campagnes des sociétés « Big Snacks » sur leurs produits ultra transformés qui, soi-disant, contiennent des ingrédients dérivés des fruits et légumes et seraient aussi bénéfi ques pour la santé que les fruits et légumes frais ou peu transformés 1,4.

Un peu de gastronomie

La liste des plats traditionnels brésiliens intégrant des fruits et légumes - même ceux consommés seulement lors de fêtes et d’évènements particuliers - est sans fin :

  • la feijoada (à base de riz, de viande de porc et de haricots noirs) avec du chou kalé (une variété de choux frisés) et des oranges,
  • le moquecas (ragoût de poisson) avec des tomates, des oignons et des herbes aromatiques,
  • du poulet avec de l’okra (appelé aussi gombo, espèce de plante tropicale dont on utilise la fl eur),
  • la jabá com jerimum (viande séchée avec de la courge) et des oignons,
  • du riz avec le pequí (fruit aromatique d’un arbre brésilien),
  • du poisson et des crevettes avec l’acai (fruits de palmiers d’Amérique du Sud),
  • de la tacacá (soupe veloutée aux herbes) avec du jambú (cresson du para ou Bredes mafanes),
  • des manissoba (feuilles de manioc),
  • de la queue de boeuf avec du cresson 5.

Les recommandations nutritionnelles doivent respecter l’environnement

En évoquant les multiples facettes et valeurs associées aux aliments et à leur consommation, ce Guide met également l’accent sur les points de rencontre du secteur alimentaire favorisant l’achat et la consommation de fruits et légumes produits et vendus localement. Ainsi, les recommandations concrètes encouragent les Brésiliens à faire leurs courses dans les foires agricoles et sur les marchés de producteurs locaux, voire à se rendre à la ferme au lieu de s’approvisionner dans les super et hypermarchés 3. Ces comportements renforcent la dimension socio-économique essentielle de l’alimentation et de la nutrition. Non seulement, on multiplie les opportunités d’augmenter la demande de fruits et légumes et d’en améliorer l’offre et l’accessibilité, mais on préserve également la production alimentaire locale et la biodiversité agricole.

Enfin, ce Guide souligne qu’une alimentation saine provient d’un secteur alimentaire durable sur le plan environnemental et social. Les recommandations nutritionnelles doivent respecter l’environnement3 sans quoi les modes de production favorisant la monoculture, l’usage intensif de biocides et d’engrais chimiques, épuiseront les ressources naturelles nécessaires à la production de fruits et légumes variés et nourrissants.
Les bénéfices de ce Guide dépassent largement la seule population brésilienne. Il a certainement inspiré de nombreux autres pays à protéger leur alimentation traditionnelle et leurs systèmes alimentaires contre «l’invasion» de produits concurrents transformés et à promouvoir des pratiques durables de production et de consommation de fruits et légumes sains.


* Les aliments naturels sont obtenus directement à partir d’animaux et des plantes et n’ont subi aucune transformation après leur récolte. Les aliments peu transformés sont des aliments naturels qui ont été nettoyés, dont les parties non consommables ou non désirables ont été enlevées, puis fractionnés, moulus, séchés, fermentés, pasteurisés, refroidis, congelés ou traités d’autres manières pour en enlever une partie mais sans y ajouter d’huiles, de graisses, de sucre ou d’autres produits 3.

Fabio S. Gomes
Ministère de la Santé - BRESIL
  1. Gomes FS. Snack healthy or unhealthy, but snack: the snack barrier to increase fruits and vegetables consumption in Latin America. IFAVA Newsletter 2011; 57:4.
  2. Boutelle KN, Fulkerson JA, Neumark-Sztainer D, Story M, French SA. Fast food for family meals: relationships with parent and adolescent food intake, home food availability and weight status. Public Health Nutr 2007; 10(1):16-23.
  3. Ministry of Health of Brazil. Dietary Guidelines for the Brazilian population. Brasí lia: Ministry of Health of Brazil, 2014.
  4. Freshfel Europe. Where is the fruit? Freshfel Europe, 2010. Available at http://www.freshfel.org/docs/press_releases/Freshfel_Europe_-_WHERE_IS_THE_FRUIT.pdf
  5. Ministério da Saúde. Alimentos regionais brasileiros. 2 ed. Brasília: Ministério da Saúde, 2015.
Retour Voir l'article suivant