N° 195 | mars 2019

Quand les crucifères protègent contre l’athérosclérose

Télécharger Imprimer

À l’échelle mondiale, les maladies cardiovasculaires (MCV) représentent 50 % des décès par maladies non transmissibles ¹. Leur principale cause: l’athérosclérose, un trouble artériel multifactoriel favorisé par la dysfonction endothéliale, l’inflammation et les dyslipidémies ². L’étendue de l’athérosclérose est évaluée au moyen de l’échographie Doppler de la carotide en mode B ³ qui mesure l’épaisseur intima-média (EIM) ainsi que les plaques artérielles focales, toutes deux étant associées à une augmentation du risque de MCV 4.

Les bienfaits pour la santé d’une forte consommation de légumes font l’objet d’un vaste consensus, puisqu’ils sont systématiquement associés à une baisse du risque de MCV 5. Néanmoins, le lien entre, d’une part la consommation de légumes dans leur ensemble, mais aussi de certains légumes en particulier, et d’autre part les indicateurs infra cliniques de l’athérosclérose, n’a pas été suffisamment étudié. C’est pourquoi nous avons examiné cette relation, à partir de l’EIM et des plaques focales carotidiennes.

Une étude australienne auprès de 968 femmes âgées

Cette étude a été menée chez 968 femmes australiennes de 70 à 85 ans, au moyen d’une évaluation alimentaire et d’un écho doppler carotidien pour évaluer l’EIM et les plaques carotidiennes, réalisés entre 1990 et 2000. L’apport de légumes a été estimé à l’aide du questionnaire de fréquence de consommation comprenant 24 légumes: crucifères (chou, choux de Bruxelles, chou-fleur et brocoli), alliacés, légumes jaunes/orange/rouges, légumes verts à feuilles, légumineuses.

Les femmes qui consomment au moins 225 g de légumes par jour présentent une EIM réduite de 4,6 à 5 %

Une forte consommation de légumes était associée à une EIM inférieure. Pour chaque portion supplémentaire (75g/jour), l’EIM moyenne et maximale diminuaient respectivement de 1,4 et 1,7 %, après ajustement selon le mode de vie et les facteurs de risque cardiovasculaires. Les femmes qui consommaient au moins 225g de légumes par jour présentaient une EIM inférieure de 4,6 à 5% comparées à celles en consommant moins de 150g.

Chaque portion de 10 g/jour de crucifères réduit l’EIM moyenne et maximale de 0,8 %

La consommation de crucifères était associée à une baisse de l’EIM carotidienne. Pour chaque portion de 10g/jour, l’EIM moyenne et maximale baissaient de 0,8% après ajustement en fonction du mode de vie et des facteurs de risque cardiovasculaires et persistait après ajustement sur la consommation d’autres légumes. Alliacés, légumes jaunes/oranges/rouges et légumes feuilles ne présentaient aucune association avec l’EIM.

Les isothiocyanates : au coeur de l’effet protecteur cardio vasculaire des crucifères

Les mécanismes pouvant expliquer le lien entre la consommation de crucifères et le moindre épaississement de la paroi artérielle, reposent sur leur richesse en composés ayant une activité antioxydante et anti-inflammatoire 6, tels les organosulfurés présents dans les crucifères et quelques autres légumes, comme les alliacés. En plus de leurs propriétés anticancéreuses, largement étudiées, des données croissantes suggèrent leurs bénéfices sur le plan cardiovasculaire 7. Parmi les organosulfurés, seuls les isothiocyanates sont présents dans les crucifères, dont le sulphoraphane qui peut réduire les lésions vasculaires en inhibant le stress oxydatif, les produits de glycation avancée et en réduisant l’inflammation 8.

Si des études sont encore nécessaires pour examiner ces composés et leurs bénéfices pour la santé cardiovasculaire, nos résultats justifient des recommandations alimentaires mondiales soulignant l’importance des crucifères pour se protéger des MCV.

Lauren C. Blekkenhorst
Ecole des sciences médicales et de la santé, Université Edith Cowan, Perth, AUSTRALIE
Basé sur : Blekkenhorst, L.C., et al. Cruciferous and total vegetable intakes are inversely associated with subclinical atherosclerosis in older adult women. J Am Heart Assoc. 2018;7(8):1-13.
  1. Benziger CP, et al. Global Heart 2016;11(4):393-7.
  2. Gimbrone Michael A, García-Cardeña G. Circ Res 2016;118(4):620-36.
  3. Newman AB, et al. Arterioscler Thromb Vasc Biol 2002;22(10):1674-9.
  4. Lorenz MW, et al. Circulation 2007;115(4):459-67.
  5. Aune D, et al. Int J Epidemiol 2017;46(3):1029-56.
  6. Blekkenhorst LC, et al. Nutrients 2018;10(5):1-24.
  7. Vazquez-Prieto MA, Miatello RM. Mol Aspects Med 2010;31(6):540-5.
  8. Bai Y, et al. Oxid Med Cell Longev 2015:1-13.
Retour Voir l'article suivant