N° 108 | avril 2011

« Alimentation des femmes en Australie »

Édito

Dans ce numéro, Williams, Thornton, Mishra et leurs collaborateurs présentent les résultats de leurs enquêtes sur les influences qui peuvent s’exercer sur les comportements alimentaires des Australiennes. Leurs travaux, qui sont à la pointe de la recherche internationale dans ce domaine, montrent bien que les femmes consomment plus de fruits et légumes que les hommes. Si leur alimentation est plus saine en général, beaucoup d’entre elles ne consomment pas suffisamment de fruits et légumes pour être en bonne santé et prévenir les maladies. Ces recherches sont importantes. Elles soulignent la complexité des comportements alimentaires et des influences qui s’y exercent. Leurs données sont parfois contraires à celles qu’on attendrait habituellement.Ainsi, l’étude de Thornton montre que ce n’est pas forcément à cause d’un environnement alimentaire défavorable que les habitants des quartiers défavorisés mangent moins de fruits et légumes.

Ces travaux de recherche confirment l’importance grandissante de ce secteur. Il est nécessaire de mieux connaître les habitudes alimentaires d’une communauté et les facteurs clés qui les influencent. A défaut, comment développer des programmes pratiques et efficaces pour promouvoir une alimentation saine et réduire le fardeau des maladies liées à l’alimentation ?

Si l’on se fie à ces résultats, il demeure très important d’améliorer l’accessibilité et la disponibilité des fruits et légumes mais aussi d’apporter aux personnes concernées les connaissances pour choisir, conserver, cuire et préparer ces aliments, de manière à les intégrer dans l’alimentation familiale.

David Crawford
Centre de Recherche sur l’Activité Physique et la Nutrition Université Deakin - Australie
Voir l'article suivant