N° 129 | mars 2013

Grossesse & nutrition

Télécharger Imprimer

Édito

Une meilleure alimentation durant la grossesse pour un bébé en bonne santé

L’obésité est la maladie du 21ème siècle. Cette épidémie est surtout imputée aux styles de vie de plus en plus sédentaires, à l’alimentation excessive et à la « malbouffe ». L’obésité représente une menace grandissante pour la santé dans tous les pays du monde ; elle deviendra bientôt la cause principale de décès et de handicap de ce siècle. L’Organisation Mondiale de la Santé l’a nommée la maladie chronique la plus importante chez l’adulte dans le monde. En 2025, elle deviendra même un problème plus important que la malnutrition. Comme des femmes de plus en plus jeunes sont touchées, de plus en plus de femmes enceintes seront évidemment atteintes. L’obésité maternelle et la prise de poids durant la grossesse ont été liées à la naissance de bébés macrosomiques (pesant plus de 4 kg à terme). De plus, selon l’hypothèse que des problèmes de développement de l’enfant durant la grossesse seraient à l’origine de maladies à l’age adulte, il existerait des preuves liant la macrosomie à la naissance au diabète, à l’obésité et au syndrome métabolique, aussi bien chez les adolescents que chez les adultes.

Heureusement, le développement de l’obésité n’est pas inévitable ! Nous – médecins, infirmiers, sages-femmes, autorités gouvernementales et publiques – devons aider toutes les femmes enceintes sans exception et pas seulement celles qui sont obèses, à améliorer leur régime alimentaire pour avoir une grossesse saine et un enfant en bonne santé. La grossesse est probablement le meilleur moment pour modifier les habitudes alimentaires chez les femmes enceintes. Szwajcer et al. ont rapporté que les femmes sont plus réceptives aux conseils sur leur style de vie durant cette période. De plus, lorsqu’elles rapportent des consommations excessives d’aliments riches en graisses et en sucres, elles seraient plus enclines à vouloir réduire ces consommations (Gardner B et al.).

Bien que les règles soient simples et faciles à suivre – au moins 5 fruits et légumes par jour- il semblerait que tout reste à faire ! Ainsi, Zhao et al. ont montré que la consommation de fruits et légumes ≥ 5 fois par jour durant la grossesse n’a pas augmenté suffisamment. Nous devons donc nous retrousser les manches pour améliorer ce résultat !

Philippe Deruelle
EA 4489 Environnement Périnatal et Croissance, Université Lille 2, Département d’Obstétrique, Faculté de Médecine, France
Voir l'article suivant