N° 131 | mai 2013

Consommation des fruits et légumes & tabagisme

Édito

Le dicton d’E.M Forster sur les complexités de la vie : « Only connect » – « Il suffit de relier » -, s’appliquerait tout aussi bien à la santé publique. Les fruits et légumes (F&L) sont bénéfiques lorsqu’ils font partie d’une alimentation équilibrée qui dépend elle-même fortement de la quantité d’activité physique pratiquée. Toute amélioration de notre état de santé sera entravée si l’on ne cesse pas de fumer, si l’on ne consomme pas d’alcool avec modération et si l’on n’adopte pas des pratiques sexuelles plus sûres. Trop souvent, nous nous isolons dans nos tours d’ivoire respectives – nutrition, sevrage tabagique, pratiques sexuelles – en ignorant ces liens évidents.

Ce mois-ci, ce piège est évité, la Newsletter présente en effet trois articles incisifs sur les nombreux liens entre le tabagisme et la consommation de F&L.

Giovino présente une étude longitudinale montrant que de plus fortes consommations de fruits et légumes chez les fumeurs sont prédictives de l’arrêt subséquent du tabagisme. Il nous propose quelques explications biologiques fascinantes.

Dauchet et Poisson nous rappellent les liens bien établis entre l’alimentation et le tabagisme. Malgré leur succès initial, ils ne sont pas parvenus à établir un lien causal direct entre la consommation de F&L et l’arrêt du tabagisme. Ils évoquent de manière intéressante une explication plus globale des liens déjà établis, suggérant que la consommation de F&L ou l’abandon de la cigarette serait motivé par une tendance vers des comportements sains.

Enfin, Gibault utilise des données thaïlandaises montrant qu’il s’agit d’un phénomène dynamique. Non seulement l’arrêt du tabagisme est lié à une alimentation plus saine mais cela deviendrait plus marqué avec le temps. Plus la durée de l’arrêt serait longue, plus les autres comportements seraient sains.

Ensemble, ces trois articles confirment l’interconnexion de nos travaux. Ils nous rappellent ainsi que, finalement, la santé publique ne concerne pas les comportements mais les personnes.

Gerald Hastings
Directeur de l'Institut de Marketing Social et du Centre de Recherche pour le Contrôle du Tabac Université de Stirling et Open University, Ecosse
Voir l'article suivant