N° 65 | mars 2007

Politique de lutte contre l’obésité : nous sommes tous impliqués !

Édito

Un élément clé du Traité d’Amsterdam était l’affirmation : “… un niveau élevé de protection de la santé humaine est assuré dans la définition et la mise en oeuvre de toutes les politiques et actions de la Communauté… » (article 152).
Toutes les politiques et actions ? Oui – car informer les écoliers qu’il faut manger des aliments plus sains ou les parents qu’ils doivent lire attentivement les étiquettes est insuffisant. Se focaliser sur l’individu ne résoudra pas les problèmes. Nous devons nous demander pourquoi telle personne est à risque d’obésité. Nous devons en déterminer les causes. Nous devons poser la question : pourquoi ?

Prenons l’activité physique. Si les enfants ne jouent pas dehors, nous devons nous demander pourquoi ? Est ce qu’il y a trop de circulation ? Trop de criminalité ? Si c’est le cas, la politique de transport doit être modifiée ainsi que la politique de justice et de protection contre le crime. Examinons la “malbouffe”. Si les gens préfèrent la junk food, demandons nous : pourquoi ? Est-ce parce qu’elle est moins chère, plus savoureuse et plus attrayante ? Si c’est le cas, nous avons besoin de politiques des prix et de distribution. Nous avons besoin de politiques sur la composition des aliments, les additifs alimentaires et la taille des portions. Nous avons besoin de décisions politiques sur l’étiquetage des menus, les services de cantines scolaires, les cafétérias sur les lieux de travail et l’étiquetage des produits de la restauration rapide.

En retour, ceci implique des politiques d’investissement commercial, de soutien à l’agriculture, de barrières tarifaires et de fixation des prix des matières premières. Ceci nécessitera un leadership politique pour bousculer le status quo, mais les leaders politiques ne le feront pas sans un soutien populaire. Ce soutien populaire doit venir de nous tous, électeurs, travailleurs et experts, ainsi que membres des syndicats et corps constitués.

Le Traité d’Amsterdam a été rédigé lorsque la crise de la vache folle avait provoqué un mouvement populaire exigeant des réformes. Cela a conduit à des politiques de santé publique plus fortes et à de nouvelles institutions pour les instaurer. La crise de l’obésité affectera de nombreuses personnes parmi nous.
En soutenant le changement, nous pouvons obtenir les politiques dont nous avons besoin.
Tous ensemble.

Tim Lobstein
Association Internationale pour l'Etude de l'Obésité, Londres, Royaume -Uni
Voir l'article suivant