N° 113 | octobre 2011

Comment maintenir à long terme l’efficacité d’une intervention fruits et légumes au restaurant d’entreprise ?

Télécharger Imprimer

Maintenir à long terme l'efficacité d’une intervention est un défi majeur de santé publique, non seulement en entreprise, mais pour la promotion de la santé en général. De nombreuses interventions ne tiennent pas en compte que le succès d’une intervention repose sur des interactions dynamiques et complexes entre les parties prenantes, l'environnement et la communauté au sens large. Notre étude a donc pour objectif d’évaluer le maintien de l'efficacité à 5 ans d’une intervention dans les restaurants d’entreprise visant à servir davantage de fruits et légumes (F&L) 1,2.

Une évaluation à 5 ans

Dans cinq restaurants d’entreprise, on a comparé les consommations de F&L (en g/repas/jour par ouvrier) cinq ans après l’intervention à celles du début de l’intervention, de la fin de l’intervention et de 4 mois après la fin de l’intervention (première année de suivi).

L’intervention reposait sur la participation et la responsabilisation, l’autoévaluation et l’établissement d’un réseau regroupant le personnel du restaurant d’entreprise, les cadres et un consultant. Elle se focalisait sur des suggestions pour augmenter les F&V au déjeuner et des modifications de l’environnement du restaurant d’entreprise en augmentant l’offre d’aliments sains et en réduisant les aliments malsains. Les restaurants d’entreprise servaient entre 50 et 500 repas par jour.

Une augmentation de la consommation quotidienne de F&L de 95 g par jour et par ouvrier

La Figure 1 illustre la consommation moyenne de F&L par ouvrier durant toute l’étude dans chaque entreprise. Cette figure montre également les différences entre les consommations de F&L au début, à la fin de l’intervention, après un an et 5 ans de suivi. Globalement, dans les 5 entreprises, après 5 ans de suivi, on notait une augmentation moyenne de la consommation quotidienne de F&L de 95 g par jour et par ouvrier.

Sur le site de la base militaire, après 5 ans de suivi, on a noté une augmentation non-significative de 18 g par ouvrier par rapport aux valeurs de départ (p=0,28). En revanche, dans les 4 autres entreprises, on a retrouvé une augmentation significative de la consommation de F&L après 5 ans de suivi (p<0.001). En outre, l’une de ces 4 entreprises (le distributeur de composants électroniques) a révélé une augmentation constante significative (p<0,001) de la consommation de F&L, que ce soit à la fin de l’intervention, après un an de suivi ou après 5 ans.

Barrières et facilitateurs au changement

La mise en oeuvre des changements requis pour une meilleure promotion de la santé en entreprise dépend des structures et des procédures existantes dans chaque organisation 3. Il est donc capital d’identifier et d’aplanir les barrières et de renforcer les "facilitateurs" de changements organisationnels et environnementaux dans chaque lieu de travail 4.

Afin d’identifier les facteurs clés de succès d’une intervention de promotion des F&L et de comprendre pourquoi certaines sont plus efficaces que d’autres à long terme, nous avons mené 21 entretiens semi-structurés dans 5 entreprises 5. L’analyse des résultats permet de mieux comprendre les interactions entre l’intervention et l’organisation où elle s’effectue 6. Plusieurs thèmes semblent importants. Sous traiter la restauration collective peut mettre en péril le maintien à long terme de l’efficacité de l’intervention mais peut être aussi un moyen de maintenir des compétences nécessaires à un approvisionnement abondant en F&L. Des changements structuraux sur le lieu de travail, comme une restructuration, peuvent également fragiliser le maintien à long terme de l’efficacité de l’intervention si cela implique des mutations fréquentes de personnel et si les nouveaux venus remettent en cause un approvisionnement abondant en F&L. L’implication du gérant du restaurant d’entreprise, sa capacité à intégrer plus de F&L dans les repas proposés, ainsi qu’une collaboration active avec les fournisseurs de F&L jouent également un rôle clé.

Les restaurants d’entreprises : des vecteurs importants de changement

Les résultats de cette étude indiquent qu’une intervention en entreprise doit être adaptée aux besoins particuliers de l’environnement de chaque entreprise. De plus, elle doit être réalisée en concertation étroite avec toutes les parties prenantes locales. Nos résultats indiquent également que les restaurants d’entreprises sont des vecteurs importants de changement en tant qu’intermédiaires permettant de développer les différentes composantes de l’intervention. Ces interventions sont menées et contrôlées par la vision qu’ont les acteurs locaux de ce qui constitue une alimentation saine et de son articulation avec les conditions de travail et les performances de l’entreprise.

Anne Vibeke Thorsen
Département de Nutrition, Institut National d’Alimentation, Université Technique du Danemark, Danemark.
  1. Lassen A et al. Successful strategies to increase the consumption of fruits and vegetables: results from the Danish ‘6 a day’ Work-site Canteen Model Study. Public Health Nutr. 2004; 7, 263-270.
  2. Thorsen AV et al. Long term sustainability of a worksite canteen intervention of serving more Fruit and Vegetables. Public Health Nutr. 2010; 13: 1647 – 52
  3. Dooris M. Healthy settings: challenges to generating evidence of effectiveness. Health Promot. Int. 2006; 21, 55-65.
  4. Sorensen G et al. Worksite-based research and initiatives to increase fruit and vegetable consumption. Prev Med 39, 2004; Suppl. 2, 94–100.
  5. Kvale S, (1996) InterViews: An Introduction to Qualitative Research Interviewing. London: SAGE Publications.
  6. Kamp A et al.(2005) Forandringsledelse. Med konecpeter som ledestjerne [In Danish] (Change management. Concepts as guidance. Book. Nyt Nordisk Forlag. København.
Retour Voir l'article suivant