N° 225 | mars 2022
Imprimer

Consommations alimentaires : quelles tendances dans le monde ?

En bref

Découvrez cinq articles scientifiques récents issus de notre veille sur l’alimentation, la santé et la durabilité.

Alimentation méditérranéenn - Equation nutrition - APRIFEL
Alimentation méditerranéenne et activité physique, un duo gagnant pour la santé
Alimentation méditerranéenne et activité physique, un duo gagnant pour la santé

Le régime méditerranéen fait partie des meilleurs exemples d’alimentation saine. Des chercheurs italiens ont évalué l’influence d’aliments typiques de ce régime sur le profil lipidique et glycémique de 85 adolescents. Répartis en six groupes selon les aliments testés (3 aliments « méditerranéens » G1 : huile d’olive : G2 : noix G3 : poisson, 3 néfastes pour la santé G4 : Fast-food ; G5 : bonbons ; G6 : biscuits), ces adolescents ont suivi durant 6 mois un régime méditerranéen personnalisé incluant le groupe d’aliments testé. Leur niveau d’activité physique et leur profil métabolique ont été évalués lors du recrutement et à l’issue de l’expérimentation. Après 6 mois de suivi : une réduction significative de la glycémie et du cholestérol (total et LDL) a été constatée chez l’ensemble des participants. Ces améliorations ont aussi bien concerné les adolescents sédentaires ou ayant un niveau d’activité modéré que ceux qui étaient actifs et présentaient un meilleur un profil métabolique au départ de l’expérimentation. Ainsi, allier alimentation saine, telle que le régime méditerranéen, avec activité physique permet d’accroître les bénéfices obtenus en termes de santé.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35215532/
Légumes à feuilles vertes et crucifères - prévention dégénéréscence maculaire
La consommation d’aliments riches en lutéine et zéaxanthine protégerait contre l’apparition de la dégénérescence maculaire liée à l’âge
La consommation d’aliments riches en lutéine et zéaxanthine protégerait contre l’apparition de la dégénérescence maculaire liée à l’âge

Connues pour leur effet antioxydant, la lutéine et la zéaxanthine appartiennent à la famille des caroténoïdes, des pigments produits par les plantes. Notamment présentes dans les légumes à feuilles vertes et quelques crucifères (comme le brocoli, le chou et les choux de Bruxelles). Ces deux substances présentent la particularité de s’accumuler dans la rétine, et plus spécifiquement dans la macula. Une récente revue de littérature a dressé l’état des connaissances sur le rôle de la lutéine et de la zéaxanthine dans la DMLA et la cataracte, notamment à partir d’études humaines se focalisant sur leur métabolisme et leur biodisponibilité. De nombreuses études ont montré que la consommation régulière d’aliments contenant ces pigments, tels que les épinards, le kale et le chou, protège significativement contre l’apparition de la DMLA tardive. Certaines études montrent également qu’un apport alimentaire plus élevé en antioxydants, notamment en lutéine et en zéaxanthine, réduirait de manière significative la DMLA précoce associée à des variantes de risques génétiques.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35215476/
Alliacés - prévention cancer gastrique
La consommation d’alliacées diminuerait le risque de cancer gastrique
La consommation d’alliacées diminuerait le risque de cancer gastrique

Les alliacées sont une famille de légumes/aromates regroupant notamment l’ail, l’oignon, l’échalote, la ciboulette ou encore le poireau. Ils présentent notamment une richesse en certains composés sulfurés (allicine, alliine et sulfures d’allyle). Le consortium Stomach cancer Pooling (StoP) Project regroupant des études épidémiologiques internationales a étudié le rôle de la consommation d’alliacées dans la prévention du cancer de l’estomac. 17 études incluant 6 097 personnes atteintes de cancer gastrique et 13 017 témoins ont été analysées. Selon ce travail, la consommation totale d’alliacées est inversement associée au risque de cancer gastrique, suggérant un rôle protecteur de ces aliments vis-à-vis de cette pathologie. Cette association était néanmoins plus forte dans les études réalisées en Asie, comparé aux résultats obtenus en Europe et aux USA. Au regard de cette hétérogénéité géographique, les auteurs soulignent la possibilité d’un facteur de confusion résiduel et invitent à interpréter ces résultats avec prudence et à les confirmer par d’autres études.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35210588/
Adolescents - Réseaux sociaux - comportements alimentaires malsains
L’exposition aux réseaux sociaux encouragerait des comportements alimentaires malsains chez les enfants et adolescents
L’exposition aux réseaux sociaux encouragerait des comportements alimentaires malsains chez les enfants et adolescents

Une revue systématique de la littérature conduite par une équipe allemande a cherché à évaluer l’effet des réseaux sociaux sur les comportements alimentaires des enfants et adolescents (2-18 ans) et à identifier les mécanismes physiologiques et sociaux associés. 35 articles ont été analysés. Parmi quatre études portant sur l’effet des vidéos sur la promotion d’habitudes alimentaires saines, une a montré un effet positif des vidéos partagées par des pairs (augmentation de la consommation de légumes). Cet effet n’est observé que pour les vidéos partagées par des influenceurs. La plupart des études soulignent également que, quel que soit l’âge des personnes, l’exposition aux réseaux sociaux est associée à des comportements alimentaires malsains (sauter le petit-déjeuner, consommer des quantités importantes d’en-cas malsains et de boissons sucrées, manger de faibles quantités de fruits et légumes). Par ailleurs, les enfants et les adolescents exposés à des images numériques d’aliments (malsains ou sains) ont montré une réponse cérébrale importante dans les régions liées à la récompense et à l’attention. Les auteurs postulent ainsi que les effets observés en termes de comportements alimentaires sont liés à des mécanismes physiologiques (appétit, réponse neuronale accrue à la taille des portions et à la densité énergétique des aliments représentés) et sociaux (publicité alimentaire via les influenceurs et les pairs).

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35218190/
Brésil - alimentation saine -fruits et légumes
Environnement alimentaire au Brésil : Freins et leviers à une alimentation saine et équilibrée
Environnement alimentaire au Brésil : Freins et leviers à une alimentation saine et équilibrée

Des chercheurs brésiliens ont réalisé une étude transversale destinée à analyser les freins et leviers de l’accessibilité à une alimentation saine et équilibrée dans l’environnement alimentaire (municipalité de Jundiaí, État de São Paulo). Parmi les 650 magasins alimentaires explorés, la majorité des établissements vendait en priorité des produits ultra-transformés. Sur l’ensemble des détaillants alimentaires étudiés, 75,9% proposaient des boissons sucrées, 37% du riz, des haricots et 30% des fruits et légumes. Les auteurs concluent que l’accès à une alimentation saine est facilitée par les magasins de fruits et legumes et les marchés de proximité, tandis que les boulangeries sont des obstacles. Les supermarchés ont quant à eux un effet ambivalent : ils sont à la fois des facilitateurs (plus grande disponibilité d’aliments bruts ou peu transformés) ou des obstacles (publicité, promotions pour des aliments ultra-transformés par exemple).

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/35239773/
Retour