Équation nutrition

N° 232 | novembre 2022
Imprimer

Prévenir l’obésité infantile : des pratiques alimentaires aux recommandations nutritionnelles

En bref

Découvrez cinq articles scientifiques récents issus de notre veille sur l’alimentation, la santé et la durabilité.

Italie : les régimes alimentaires actuels sont moins durables que le régime méditerranéen traditionnel
Italie : les régimes alimentaires actuels sont moins durables que le régime méditerranéen traditionnel

Les habitudes alimentaires des Italiens correspondent de moins en moins au régime méditerranéen. Une étude récente a évalué les impacts potentiels de cette moindre adhésion en termes d’environnement, d’économie et de santé. Pour cela, les consommations alimentaires actuelles des Italiens ont été comparées à un régime méditerranéen traditionnel sous l’angle d’une analyse de cycle de vie, et de l’évaluation de l’empreinte carbone. Comparée au régime méditerranéen, l’alimentation actuelle des Italiens présente des impacts supérieurs sur l’environnement (+133%), sur la santé (+100%) et sur l’économie (+59%). L’analyse montre également que l’empreinte carbone des régimes alimentaires actuels des Italiens est supérieur à celle du régime méditerranéen (+142%).

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9566268/
Alimentation : payer plus pour manger mieux ?
Alimentation : payer plus pour manger mieux ?

Une récente revue de la littérature a examiné les travaux disponibles concernant le consentement à payer pour des aliments sains. Sur 26 expérimentations incluses dans cette revue, 23 montrent que les consommateurs se disent prêts à payer en moyenne 31% (de 5.6 à 91.5%) plus cher pour des aliments plus sains. D’après cette revue, les adultes de plus de 60 ans, les femmes ainsi que les personnes souffrant d’obésité sont plus susceptibles d’accepter de payer plus cher pour des aliments sains que les consommateurs plus jeunes, en bonne santé et avec un niveau élevé d’éducation.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/36342169/
La qualité de l’alimentation des enfants est associée à celle de leurs parents
La qualité de l’alimentation des enfants est associée à celle de leurs parents

Des chercheurs ont étudié l’influence de la qualité du régime alimentaire de parents sur la consommation alimentaire de leurs enfants. Ce travail a porté sur des familles européennes présentant un risque élevé de diabète de type 2. Des questionnaires de fréquence alimentaire ont été distribués et des mesures anthropométriques ont été réalisées auprès de 2095 familles. Ce travail identifie une association positive entre la qualité du régime alimentaire des parents et la consommation de fruits des enfants. A l’inverse, la consommation de snacks est moindre chez les enfants lorsque la qualité du régime alimentaire des parents est élevée. Cependant, ce travail montre également que la plupart des familles présente une consommation insuffisante d’aliments sains par rapport aux recommandations européennes.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/36217747/
Passer plus de 2h par jour devant les écrans est associé à une consommation insuffisante de fruits et légumes chez les adolescents
Passer plus de 2h par jour devant les écrans est associé à une consommation insuffisante de fruits et légumes chez les adolescents

Une étude récente a évalué l’impact du temps passé devant les écrans sur les comportements d’adolescents américains. Cette étude transversale s’est basée sur l’utilisation du Youth Risk Behavior Surveillance System et a analysé deux types d’écran : la télévision et l’ordinateur. Les résultats montrent que 19% des participants passent plus de 2h par jour devant la télévision, et 43% devant l’ordinateur. Un temps d’écran supérieur à 2h par jour est statistiquement associé à des comportements défavorables en termes de santé, tels que le manque d’activité physique, de sommeil ainsi que la consommation insuffisante de fruits et légumes.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9552832/
Croatie : organiser des activités pluridisciplinaires en milieu scolaire augmente la consommation de fruits et légumes chez les enfants
Croatie : organiser des activités pluridisciplinaires en milieu scolaire augmente la consommation de fruits et légumes chez les enfants

Afin d’augmenter la consommation de fruits et légumes chez les enfants, une étude d’intervention a été menée durant 3 ans dans 14 écoles primaires de Zagreb. Au total, 681 enfants ont participé à l’intervention qui intégrait plusieurs composantes, telles que des ateliers interactifs, ainsi que l’introduction de nouveaux plats à la cantine. La consommation de fruits et légumes a été à l’aide de questionnaires de fréquence alimentaire. A l’issue de l’intervention, 89% des enfants ont augmenté leur consommation de fruits et légumes. En outre, la part d’enfants atteignant la recommandation quotidienne d’au moins 400g a augmenté de 25% points. Ces résultats positifs soulignent l’intérêt et l’efficacité de ce type d’intervention pour augmenter la consommation de fruits et légumes des enfants.

https://www.mdpi.com/2072-6643/14/19/4197
Retour