N° 222 | décembre 2021

En bref

Imprimer

Découvrez cinq articles scientifiques récents issus de notre veille sur l'alimentation, la santé et la durabilité.

Une étude prospective réalisée sur la cohorte NutriNet-Santé suggère une influence de l’alimentation sur le risque d’'infection par le virus SRAS-CoV-2

Afin d’évaluer l’effet potentiel de l’alimentation et le risque d’infection par le SRAS-Cov-2, des analyses ont été réalisées au sein de la cohorte française NutriNet-Santé. 7 766 adultes (70,3% de femmes, âge moyen : 60,3 ans) ont été inclus, parmi lesquels 311 étaient présentaient des anticorps anti-SARS-CoV-2, montrant qu’ils avaient été infectés par le virus. Selon ce travail, des apports alimentaires élevés en fruits et légumes et, par voie de conséquence, en vitamine C, en folates, en vitamine K et en fibres sont associés à une diminution de la probabilité d'infection par le SRAS-CoV-2. En revanche, des apports alimentaires en calcium et en produits laitiers sont associés à une augmentation de la probabilité.

Deschasaux-Tanguy M, et al. Nutritional risk factors for SARS-CoV-2 infection: a prospective study within the NutriNet-Santé cohort. BMC Med. 2021;19(1):290.

Salade de légumes de couleurs et huile d'olive

Une revue générale confirme à nouveau l’effet préventif de la consommation de fruits sur les maladies chroniques.

Une revue de 59 études a montré qu’augmenter de 200 g sa consommation quotidienne de fruits diminue le risque de cancer du sein. Le risque de diabète pourrait quant à lui être réduit de 8 à 12% avec une consommation de fruits accrue de 100 à 500 g par jour. Des preuves « modérées » suggèrent également qu’une portion supplémentaire de fruits par jour (80-100g) pourrait diminuer les risques de maladies coronariennes et de cancer de la bouche. Enfin, ce travail ne montre aucun effet néfaste associé à la consommation de fruits. Les auteurs soulignent enfin le besoin d’essais contrôlés randomisés ou d’études prospectives sur de grands échantillons, multicentriques et multinationaux pour confirmer ces résultats.

Liuqiao Sun, et al. Fruit consumption and multiple health outcomes: An umbrella review. Trends in Food Science & Technology, 2021; 118 : 505-518.

Salade de fruits dans un bol

Veggies4myheart montre l’intérêt d’associer éducation nutritionnelle et exposition répétée aux légumes pour augmenter la consommation des enfants (3-6 ans)

Une équipe de chercheurs a testé l’efficacité de trois stratégies d’éducation nutritionnelle - jeu vidéo, livre d’histoires et utilisation de stickers- sur la consommation de légumes chez des enfants d’âge préscolaire (3 à 6 ans). Dans 4 établissements préscolaires du Portugal (162 enfants inclus), des sessions éducatives de 20 minutes ont eu lieu une fois par semaine, pendant 5 semaines. En parallèle, les enfants ont été exposés de manière répétée aux légumes. Les trois stratégies testées ont été efficaces pour augmenter la consommation de légumes chez ces enfants, notamment l’utilisation de stickers (sous forme de récompense).

Braga-Pontes C, et al. Nutrition education strategies to promote vegetable consumption in preschool children: the Veggies4myHeart project. Public Health Nutr. 2021 Oct 27:1-10.

 

Jeunes enfants jouant accompagnés d'une animatrice

Une étude prospective montre des effets bénéfiques de la consommation de fruits frais et de l’activité physique sur le risque de mortalité chez les patients atteints de diabète de type 2.

Une étude prospective a évalué les associations entre la consommation de fruits, le niveau d’activité physique et le risque de mortalité chez des patients souffrant de diabète de type 2 (20 340 patients âgés de 21 à 94 ans). Selon ce travail, la consommation quotidienne de fruits permet de diminuer le risque de mortalité par maladies cardiovasculaires et par accidents vasculaires cérébraux, ainsi que pour la mortalité toutes causes confondues (réduction de 24 % avec une consommation d’une portion quotidienne, 80 g, de fruits). Ces bénéfices sont observés dès de faibles niveaux de consommation – à partir d’une demi-portion de fruits par jour (43 g ou plus). Au contraire, lorsque faible consommation de fruits et faible niveau d’activité physique sont associés, un risque de mortalité plus important est observé.

Yijia Chen, et al. Fresh Fruit Consumption, Physical Activity and Five-year Risk of Mortality among Patients with Type 2 Diabetes: A Prospective Follow-up Study, Nutrition, Metabolism and Cardiovascular Diseases, 2021.

VeggieSense : Une technique d'exposition multisensorielle pour augmenter l'acceptation des légumes chez les enfants.

Selon la littérature, permettre aux enfants de découvrir les légumes en utilisant d’autres sens que le goût est un levier favorisant l’acceptation de ces aliments. Afin de vérifier cet effet, une étude d’intervention a été réalisée dans une crèche au Royaume-Uni. 110 enfants âgés de 3 à 4 ans ont été répartis dans 4 groupes. Trois groupes d'intervention ont été exposés à six légumes crus et cuits en mobilisant un ou plusieurs sens : (a) la vue, (b) l'odorat et la vue, ou (c) l'odorat, le toucher et la vue. Le groupe témoin a, quant à lui, pris part à une activité impliquant une exposition visuelle à des produits non alimentaires. La volonté des enfants de goûter et de consommer des légumes a ensuite été évaluée. Les enfants du groupe (c) ayant été exposés aux légumes via trois sens ont montré le plus haut niveau d'acceptation.

Roberts AP, et al. VeggieSense: A non-taste multisensory exposure technique for increasing vegetable acceptance in young children. Appetite. 2022;168:105784.

Retour