N° 222 | décembre 2021

En pratique : 10 recommandations pour stimuler la consommation de fruits et légumes

Imprimer

Dans le cadre de l’Année internationale des fruits et légumes, Aprifel a organisé avec l’Académie d’agriculture de France le symposium « Etat des lieux et perspectives de l'impact sur la santé d'une alimentation riche en fruits et légumes ». Dans ce cadre une table ronde, a permis de discuter des leviers permettant d’augmenter la consommation de fruits et légumes. Les conseils pratiques ci-dessous sont issus des échanges de la table ronde, ainsi que des déclarations de la conférence EGEA 2018 et du réseau thématique « Stimuler la consommation de fruits et légumes frais au bénéfice de la santé des européens », coordonné par Freshfel Europe.

Recommandations systémiques : Faire évoluer le système alimentaire afin que le choix le plus sain soit le choix le plus simple et accessible pour les personnes.

  1. Adopter une approche intersectorielle « santé dans toutes les politiques », impliquant toutes les parties prenantes. En matière de politique agricole en particulier, assurer un soutien aux productions tenant compte des recommandations nutritionnelles afin d’assurer un accès à tous à une alimentation favorable à la santé.
  2. Améliorer l’information du consommateur pour favoriser des choix alimentaires sains et durables : étiquetage, campagnes d’information ...
  3. Mettre en place des actions et interventions ciblant spécifiquement les populations les plus précaires (chèque alimentaire) et celles consommant le moins de fruits et légumes (ateliers pratiques)

Pour les professionnels des fruits et légumes : Innover pour mieux répondre aux attentes des consommateurs

4. Rendre en compte l’évolution des modes de vie et des attentes consommateurs pour faire évoluer l’offre et notamment proposer aux consommateurs des produits et services axés vers la praticité et la rapidité d’usage
5. Faire évoluer l’offre pour la restauration hors foyer – restaurants, restauration rapide, cantines etc – dans laquelle la présence des fruits et légumes peut se renforcer, notamment en restauration rapide et à emporter/livrer
6. Renforcer le lien entre monde professionnel et consommateurs afin d’assurer une meilleure compréhension des attentes et réalités de chacun : campagnes d’information, vente directe, visites terrain…

Pour le monde de la santé : Renforcer la place de la prévention et en particulier de la nutrition dans la pratique médicale

7. Faire évoluer les cursus de formation initiale et continue des médecins pour y inclure davantage de connaissances théoriques et pratiques en nutrition.
8. Renforcer le lien entre les médecins et diététiciens qui ont un savoir-faire et un rôle spécifique pour accompagner les patients vers des habitudes alimentaires plus saines.
9. Assurer un remboursement des consultations de diététique pour élargir leur accès et faciliter leur prescription par les médecins.

Pour le monde de l’éducation : faire des écoles un lieu du bien-manger

10. Renforcer encore l’éducation à l’alimentation en s’appuyant notamment sur des animations et ateliers pratiques (cours de cuisine), en cohérence avec les enseignements théorique et les actions mises en place en restauration collective.

Retour Voir l'article suivant