N° 54 | mars 2006

DIABÈTE DE TYPE 2 : LA PROGRESSION EST-ELLE INÉLUCTABLE ?

Édito

Dans les populations traditionnelles, la glycémie des individus de 70 ans est à peu près la même que celle des individus de 20 ans et le diabète de type 2 y est à peu près inconnu. Lorsque ces populations adoptent le mode de vie caractéristique des sociétés industrialisées et urbanisées, la glycémie se met à augmenter progressivement en fonction de l’âge, avec une fréquence du diabète de type 2 qui passe, d’environ 0,1 % chez les individus de 20 ans, à environ 12 % chez les individus de 70 ans.

Ce fut le cas pour les juifs Yéménites migrant en Israël, les Japonais aux Etats-Unis, les Indiens aux îles Fiji et Maurice, à Singapour, en Tanzanie, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne ou les Chinois à Hong Kong, à l’île Maurice, à Singapour et à Taiwan. C’est également ce qui s’est passé dans les populations où l’industrialisation et l’urbanisation se sont développées sur place. Ainsi, les Chinois, les Indiens, les Japonais, les habitants des îles Nauru et Samoa, les Indiens Pima d’Arizona, les Aborigènes d’Australie, les Africains du Cap ou les habitants de New York, chez lesquels la mortalité liée au diabète de type 2 a augmenté de dix fois entre 1866 et 1923.

En fait, la fréquence du diabète de type 2 suit exactement les indicateurs associés au développement économique : plus le revenu moyen par habitant est élevé, plus la fréquence du diabète de type 2 est élevée. Pour ceux qui penseraient qu’il s’agit d’une particularité humaine, c’est également ce qui se passe chez beaucoup d’espèces de primates maintenus en captivité dans les zoos : leur glycémie, mais aussi leur poids et leur pression artérielle, augmentent avec l’âge, ce qui ne s’observe jamais dans leur habitat naturel. Comme le montrent les articles qui suivent, les facteurs alimentaires et comportementaux impliqués dans la dérégulation de la glycémie sont de mieux en mieux connus, mais tout n’est pas gagné pour autant car cela revient à remettre en question le temps passé dans les véhicules motorisés et devant la télévision et les ordinateurs, le temps et l’argent consacrés à se nourrir….

En France, il existe un Programme National Nutrition Santé qui entre aujourd’hui dans sa seconde phase. Il est très largement insuffisant pour influencer de manière sensible le mode de vie de l’ensemble de la population. Probablement, peu de gens se souviennent que, pendant le siège de Paris en 1870-71 qui s’est accompagné d’un rationnement sévère, les symptômes habituels présentés par les diabétiques avaient presque entièrement disparu….

Pierre Meneton
Département de Santé Publique et d'Informatique Médicale - Faculté de Médecine René Descartes - Paris - FRANCE
Voir l'article suivant