N° 62 | décembre 2006

Introduction

Télécharger Imprimer

Le rôle bénéfique d’une alimentation riche en fruits et légumes sur la constitution et la protection du squelette et moins connu que celui des préventions primaire et secondaire sur les maladies cardiovasculaires et les cancers. Des études sont encore nécessaires pour en apporter les preuves formelles. Néanmoins, nombre de molécules contenues dans les fruits et les légumes et de mécanismes physiologiques sont évoqués qui expliqueraient les résultats favorables des fruits et des légumes sur le métabolisme osseux. Bien sûr un taux suffisant de calcium est indispensable, apporté essentiellement par les produits laitiers et certaines eaux minérales (quel taux ?...). Mais les fruits et légumes sont importants pour épargner la fuite calcique urinaire, par leur richesse en potassium, ils exercent ainsi un effet alcalinisant. Leurs apports en antioxydants et en vitamines permettent d’améliorer la trame protéique de l’os, la différenciation des ostéoblastes et de faire baisser le taux d’homocystéine circulante.

> L’impact de l’ostéoporose sur la santé publique et le coût faramineux de ses méfaits, d’une part, l’allongement de la durée de vie et le vieillissement de la population, d’autre part, font que des incitations fortes incluant le soutien financier en recherche fondamentale et en études d’intervention est indispensable.
> Donner dès aujourd’hui la place qui leur revient aux fruits et légumes au sein d’une alimentation équilibrée peut être considéré comme un acte de salubrité publique, en même temps qu’on y prend du plaisir.

Andrée Girault
Présidente d’honneur du Comité Nutrition Santé d’Aprifel
Retour Voir l'article suivant