N° 66 | avril 2007

Evolution de l’IMC et risque de diabète de type 2

La durée du surpoids est un facteur important

Plusieurs études épidémiologiques indiquent que l’obésité et la prise de poids entretiennent une relation causale avec le diabète de type 2. De nombreuses études rapportent un risque plus élevé de diabète chez les hommes(1-5) et les femmes(4, 6, 7) présentant une augmentation de l’Indice de Masse Corporelle (IMC) et une prise de poids durant l’adolescence(1, 6). Indépendamment du degré d’obésité, la durée du surpoids serait un autre facteur de risque significatif(8, 9).

Bien que de nombreux travaux scientifiques aient étudié l’association entre le surpoids et le diabète, aucun n’a explicitement mesuré s’il existait une association entre le risque de diabète de type 2 et les modifications du poids aux différents moments de la vie et comment les deux étaient reliés. Ce sujet est d’autant plus intéressant que la prévalence de l’obésité et du diabète a augmenté de façon importante durant ces dernières décennies(10). De larges segments de la population commencent à prendre du poids au début de la vie adulte, après avoir établi leur vie professionnelle ou familiale. Les données concernant les adultes dans les pays occidentaux montrent que l’augmentation la plus importante de la prévalence d’obésité retrouvée chez les hommes et les femmes, s’observe chez les adultes jeunes, entre 20 et 40 ans(11-13).

Les Observations de l’Etude EPIC

Une enquête a été menée afin de comparer l’association entre le changement de poids au cours de deux périodes différentes de la vie adulte et le risque de diabète(14). La population étudiée englobait 7720 hommes et 10371 femmes inclus dans l’étude de cohorte multicentrique Postdam - EPIC (Etude Prospective Européenne sur le Cancer et la Nutrition- European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition)(15) (27548 participants). L’objectif de l’étude était d’examiner l’association entre la nutrition et les maladies chroniques(16). Les examens de départ englobaient les mesures anthropométriques et des entretiens individuels afin de cerner les caractéristiques socio-démographiques. Ensuite, grâce à un questionnaire, des données sur l’apparition de maladies ont été recueillies tous les deux à trois ans. Les cas de diabète spontanément rapportés ont été validés par le médecin traitant.

Et si tout se jouait entre 25 et 40 ans ?

Chez les hommes et les femmes ayant un IMC < 23,0 kg/m2 à l’âge de 25 ans, le changement moyen (en pourcentage) de l’IMC entre 25 et 40 ans était le plus élevé (10%). Pour un IMC compris entre 23 et 25, il était de 7%-8%. Chez les hommes et les femmes en surpoids (IMC > 25), il était de 5,5%. Les changements d’IMC entre 40 et 50 ans étaient plus importants chez les femmes, toutes catégories d’IMC à 25 ans confondues (12%-14%), tandis que le pourcentage de changement d’IMC augmentait légèrement chez les hommes (8%-10%), par rapport à la période précédente. Selon un modèle d’analyse multivariée, le risque relatif de diabète pour les hommes et les femmes était légèrement plus élevé pour un changement d’IMC entre 25 et 40 ans (risque augmenté d’environ 25% par unité d’augmentation d’IMC) que pour un changement d’IMC entre 40 et 55 ans (risque augmenté de 12%).

L’association d’un risque plus élevé avec une prise de poids chez l’adulte jeune plutôt que chez l’adulte plus mûr s’expliquerait par une durée d’exposition plus longue à l’excès de graisse corporelle. Des études précédentes avaient déjà montré qu’une obésité qui dure plus de 5 ans était un important facteur de risque de diabète de type 2(8, 9).

Impact de l’histoire pondérale

Afin de déterminer le risque en fonction des antécédents de modification de poids, les changements d’IMC ont été répartis en trois groupes : “perte ou stabilité” (perte ou gain < 1 unité d’IMC durant 15 ans), “gain modéré” (gain de 1,0-4,0 kg/m2) ou “gain sévère” (gain > 4,0 kg/m2).

Une prise de poids sévère (gain > 4,0 kg/m2) entre 25 et 40 ans, suivie d’un poids stable entre 40 et 55 ans, était associée à un risque de diabète 1,5 fois plus élevé chez les hommes, et 4,3 fois plus élevé chez les femmes, par rapport à un poids stable au début de l’âge adulte et une prise de poids tardive.
Par rapport aux hommes, les risques plus élevés chez les femmes ayant un gain d’IMC modéré à sévère au début de la vie adulte, s’expliqueraient par le lien entre les accouchements et l’obésité. Les années de grossesse ont été identifiées comme des périodes critiques de prise de poids et de développement d’obésité, qui ne peuvent pas être expliquées par des changements de comportement(17). Le risque n’était pas accru pour celles qui étaient en surpoids à l’âge de 25 ans, et qui avaient ensuite réduit ou maintenu leur poids, comparés aux femmes de poids normal dont le poids était stable à 55 ans.

Cependant, une prise de poids, même modeste, durant la vie adulte est associée à un risque important de développer un diabète de type 2. Une prise de poids modérée ou sévère chez l’adulte jeune est associée à un risque plus élevé de diabète qu’une prise de poids après l’âge de 40 ans. Ceci souligne l’importance de maintenir un poids corporel sain durant toute la vie.

Anja Schienkiewitz
Institut Allemand de Nutrition Humaine Potsdam -Rehbrücke, Département d’Epidémiologie, Allemagne
  1. Chan JM, Rimm EB, Colditz GA, Stampfer MJ, Willett WC. Obesity, fat distribution, and weight gain as risk factors for clinical diabetes in men. Diabetes Care 1994;17:961-9.
  2. Hanson RL, Narayan KM, McCance DR, et al. Rate of weight gain, weight fluctuation, and incidence of NIDDM. Diabetes 1995;44:261-6.
  3. Wannamethee SG, Shaper AG, Walker M. Overweight and obesity and weight change in middle aged men: impact on cardiovascular disease and diabetes. J Epidemiol Community Health 2005;59:134-9.
  4. Field AE, Coakley EH, Must A, et al. Impact of overweight on the risk of developing common chronic  diseases during a 10-year period. Arch Intern Med 2001;161:1581-6.
  5. Ishikawa-Takata K, Ohta T, Moritaki K, Gotou T, Inoue S. Obesity, weight change and risks for hyper tension, diabetes and hypercholesterolemia in Japanese men. Eur J Clin Nutr 2002;56:601-7.
  6. Colditz GA, Willett WC, Rotnitzky A, Manson JE. Weight gain as a risk factor for clinical diabetes mellitus in women. Ann Intern Med 1995;122:481-6.
  7. Carey VJ, Walters EE, Colditz GA, et al. Body fat distribution and risk of non-insulin-dependent diaetes mellitus in women. The Nurses’ Health Study. Am J Epidemiol 1997;145:614-9.
  8. Wannamethee SG, Shaper AG. Weight change and duration of overweight and obesity in the incidence of type 2 diabetes. Diabetes Care 1999;22:1266-72.
  9. Sakurai Y, Teruya K, Shimada N, et al. Association between duration of obesity and risk of non-insulin- dependent diabetes mellitus. The Sotetsu Study. Am J Epidemiol 1999;149:256-60.
  10. Mokdad AH, Bowman BA, Ford ES, Vinicor F, Marks JS, Koplan JP. The continuing epidemics of obesity and diabetes in the United States. Jama 2001;286:1195-200.
  11. Mokdad AH, Ford ES, Bowman BA, et al. Prevalence of obesity, diabetes, and obesity-related health risk factors, 2001. Jama 2003;289:76-9.
  12. Zaninotto P, Wardle H, Stamatakis E, Mindell J, Head J. Forecasting Obesity to 2010. London: National Center for Social Research, Department of Epidemiology and Public Health, 2006:52.
  13. Bergmann KE, Mensink GB. [Anthropometric data and obesity]. Gesundheitswesen 1999;61 Spec No:S115-20.
  14. Schienkiewitz A, Schulze MB, Hoffmann K, Kroke A, Boeing H. Body mass index history and risk of type 2 diabetes: results from the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC)-Potsdam Study. Am J Clin Nutr 2006;84:427-33.
  15. Boeing H, Korfmann A, Bergmann MM. Recruitment procedures of EPIC-Germany. European Investigation into Cancer and Nutrition. Ann Nutr Metab 1999;43:205-15.
  16. Riboli E, Kaaks R. The EPIC Project: rationale and study design. European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition. Int J Epidemiol 1997;26:S6-14.
  17. Gunderson EP, Murtaugh MA, Lewis CE, Quesenberry CP, West DS, Sidney S. Excess gains in weight and waist circumference associated with childbearing: The Coronary Artery Risk Development in Young Adults Study (CARDIA). Int J Obes Relat Metab Disord 2004;28:525-35.
Retour Voir l'article suivant