N° 66 | avril 2007

Le rôle des fruits et légumes dans le diabète : des impacts multiples

Consommation de fruits et légumes et prévention du diabète de type 2

L’augmentation de l’incidence du diabète de type 2 a été attribuée, d’une part à une alimentation riche en graisses et en calories, à l’obésité (en particulier l’obésité abdominale) et au manque d’exercice d’autre part(1,2). Ces facteurs sont associés à l’insulinorésistance et au syndrome métabolique, qui sont des facteurs de risque importants pour le diabète et les maladies cardiovasculaires(3). Ainsi, on estime que la prévention de l’obésité pourrait diminuer jusqu’à 75% le risque de diabète de type 2(4).

Les observations provenant d’études de population suggèrent que la consommation de fruits et légumes pourrait être associée à un risque réduit de diabète(5-8) ou à un effet protecteur(9), bien que leurs résultats ne soient pas toujours constants(10-12). Une association positive entre les fruits et légumes et la réduction du risque est confortée par l’existence d’une relation inverse entre les caroténoïdes sériques (marqueurs de la consommation de fruits et légumes), le diabète de type 2 et les troubles du métabolisme du glucose chez l’adulte(13).

Les modèles alimentaires intégrant des fruits et légumes sont associés à une diminution de la glycémie à jeun(14-16), une amélioration de la tolérance au glucose(17,18), des valeurs plus basses d’hémoglobine glyquée(19) et une sensibilité accrue à l’insuline(20). Si l’apport calorique peut modifier ces associations(21), dans leur ensemble, les études suggèrent que la consommation régulière de fruits et légumes a probablement un effet bénéfique dans la prévention et la gestion du diabète.

Les fruits et légumes et le contrôle du poids

La relation entre l’obésité et le diabète de type 2 est bien établie(22). En outre, la perte de poids fait partie intégrante du traitement du diabète de type 2 et aboutit à un meilleur contrôle glycémique et, souvent, à une réduction, voire une suppression, des traitements médicamenteux(22). Enfin, le contrôle du poids réduit également les risques de maladies cardiovasculaires qui sont accrus chez les diabétiques.
Diverses recherches suggèrent que l’augmentation de la consommation de fruits et légumes, associée à la réduction globale des apports caloriques, est efficace pour le contrôle du poids(23-25). Principale raison : leur faible densité énergétique couplée à une forte densité nutritionnelle(26).

Fruits et légumes, fibres et contrôle glycémique

Les résultats des études portant sur les fibres et le contrôle glycémique manquent de constance. Chez les diabétiques, de fortes quantités de fibres semblent nécessaires pour obtenir des effets bénéfiques sur la glycémie, l’hyperinsulinémie et les lipides plasmatiques. Une étude croisée randomisée récente(27) s’est intéressée à l’acceptabilité d’un régime riche en fibres par les patients. Treize diabétiques de type 2 ont consommé soit une alimentation classique recommandée par l’Association Américaine du Diabète (ADA) (apportant 24 g de fibres totales) soit une alimentation à haute teneur en fibres (apportant 50 g de fibres totales), obtenue en incluant des fruits et légumes et des céréales (en particulier celles qui sont riches en fibres solubles). Les résultats indiquent que, comparativement au régime classique, une alimentation à haute teneur en fibres améliore le contrôle glycémique et que les patients acceptent avec peu d’effets indésirables une telle alimentation

La haute teneur en fibres des fruits et légumes peut également contribuer à réduire l’index glycémique et la charge glycémique de l’alimentation. Une méta-analyse récente indique que cette approche apporte un bénéfice supérieur à celui obtenu lorsque l’on se focalise uniquement sur les glucides totaux(28). Bien que tous les scientifiques ne s’accordent pas pour dire que l’index glycémique soit le meilleur moyen de planifier la consommation de glucides, y compris chez les diabétiques(29,30), les bénéfices potentiels des fruits et légumes pour la santé des diabétiques sont en train de devenir évidents.

Fruits et légumes, antioxydants et complications du diabète

Enfin, des recherches récentes ont révélé d’autres bénéfices supplémentaires de la consommation de fruits et légumes chez les diabétiques. Les glycémies élevées peuvent entraîner un stress oxydatif et jouer un rôle important dans le développement des complications du diabète (par exemple : cataracte, complications rénales et neurologiques)(31). Des études réalisées chez l’animal suggèrent que les antioxydants présents dans l’alimentation pourraient aider à lutter contre ces dommages(32). Les données de la troisième Etude Nationale sur la Santé et la Nutrition aux Etats-Unis NHANES III (Third National Health and Nutrition Examination Survey) (1988-1994) montrent que les sujets adultes présentant un syndrome métabolique ont des concentrations sériques suboptimales de plusieurs antioxydants et que leur consommation de fruits et légumes est plus faible que ceux qui n’ont pas de syndrome métabolique(33). Des recherches supplémentaires sont à présent nécessaires pour déterminer le rôle des antioxydants dans l’amélioration du contrôle glycémique et/ou l’activité antioxydante exercée.

Globalement, l’ensemble des données étaye l’hypothèse que, dans le diabète de type 2, une alimentation riche en fruits et légumes, céréales complètes et aliments riches en fibres, sans apports excessifs en graisses ou en calories, associée à une activité physique régulière peut améliorer le contrôle glycémique et même offrir une certaine protection contre son développement.

Kathy Hoy
Produce for Better Health Foundation, USA
  1. Keller KB, Lemberg L. Obesity and the metabolic syndrome. 2003 Am J crit Care 12(2):167-70.
  2. Procopiou M, Philippe J. The metabolic syndrome and diabète de type 2: epidemiological figures and country specificities. Cerebrovasc Dis 20 Suppl 1:2-8 2005.
  3. Liu S, Manson JE. Dietary carbohydrates, physical inactivity, obesity, and the ‘metabolic syndrome’ as predictors of coronary heart disease. Curr Opin Lipido. 2001 12(4):395-404.
  4. Manson JE, Spelsberg A. Primary prevention of non-insulin-dependent diabetes mellitus. Am J Prev Med May-Jun; 10(3):172-84, 1994.
  5. Montonen J, Jarvinen R, Heliovaara M, Reunanen A, Aromaa A, Knekt P. Food consumption and the incidence of type II diabetes mellitus. Eur J Clin Nutr, Mar; 59(3):441-8, 2005.
  6. Colditz GA, Manson JE, Stampfer MJ, Rosner B, Willett WC, Speizer FE. Diet and risk of clinical diabetes in women. American Journal of Clinical Nutrition 55:1018-1023, 1992.
  7. Williams DE, Wareham NJ, Cox BD, Byrne CD, Hales N, Day NE. Frequent salad vegetable consumption is associated with a reduction in the risk of diabetes mellitus. Journal of Clinical Epidemiology 52:329-335, 1999.
  8. Snowdon DA, Phillips RL. Does a vegetarian diet reduce the occurrence of diabetes? American Journal of Public Health 75:507-512, 1985.
  9. Gittelsohn J, Wolever TMS, Harris SB, Farris-Giraldo R, Hanley AJG, Zinman B. Specific patterns of food consumption
    and preparation are associated with diabetes and obesity in a Native Canadian community. Journal of Nutrition 128:541-547, 1998.
  10. Lundgren H, Bengtsson C, Blohme G, Isaakson B, Lapidus L, Lenner RA, Saaek A, Winther E. Dietary habits and incidence of noninsulin-dependent diabetes mellitus in a population study of women in Gothenburg, Sweden. American Journal of Clinical Nutrition 49:708-712, 1989.
  11. Meyer K, Kushi LH, Jacobs DR, Slavin J, Seller TA, Folsom AR. Carbohydrates, dietary fiber and incident diabète de type 2 in older women. American Journal of Clinical Nutrition, 71:921-930, 2000.
  12. Ford ES, Mokdad AH. Fruit and vegetable consumption and diabetes mellitus incidence among U.S. adults. Preventive Medicine 32:33-39, 2001.
  13. Coynet-Ibiebele TI, Baade PD, Dobson A, McClintock C, Dunn S, Leonard D, Shaw J. Diabetes mellitus and serum carotenoids: findings of a population-based study in Queensland, Australia. Am J Clin Nutr 2005. 82(3): 685-93.
  14. Azabakht L, Mirmiran P, Esmailzadeh A, Azizi T, Azizi F. Beneficial effects of a Dietary Approaches to Stop Hypertension eating plan on features of the metabolic syndrome. 2005 Diabetes 28(12):2823-31.
  15. Rizkalla SW, Taghrid L, Laromiguiere M, Huet D, Boillot J, Rigoir A, Elgrably F, Slama G. Improved plasma glucose control, whole-body glucose utilization, and lipid profile on a low-glycemic index diet in type 2 diabetic men: a randomized controlled trial. 2004 27(8):1866-72.
  16. Williams DE, Prevost AT, Whichelow MJ, Cox BD, Day NE, Wareham NJ. A cross-sectional study of dietary patterns with glucose intolerance and other features of the metabolic syndrome. British Journal of Nutrition 83:257-266, 2000.
  17. Sargeant LA, Khaw KT, Bingham S, Day NY, Luben RN, Oakes S, Welch A, Wareham NJ. Fruit and vegetable intake and population glycosylated hemoglobin levels: the EPIC-Norfolk Study. European Journal of Clinical Nutrition 55: 342-348, 2001.
  18. Feskens EJM, Virtanen SM, Rasanen L, Tuomilehto J, Stengard J, Pekkanen J, Nissinen A, Kromhout D. Dietary factors determining diabetes and impaired glucose tolerance. A 20-year follow-up of the Finnish and Dutch cohorts of the Seven Countries Study. Diabetes Care 18:1104-1112, 1995.
  19. Heilbroun LK, Noakes M, Clifton PM. The effect of high- and low-glycemic index energy restricted diets on plasma lipid and glucose profiles in type 2 diabetic subjects with varying glycemic control. J Am Coll Nutr, 2002 Apr; 2192):1120-7.
  20. Villegas R, Salim A, Flynn A, Perry IF. Prudent diet and the risk of insulin resistance. Nutr Metab Cardiovasc Dis Dec; 14(6):334-43, 2004
  21. Liese AD, Schulz M, Fang F, Wolever TM, D’Agostino RG Jr, Sparks KC, Mayer-Davis EJ. Dietary glycemic index and glycemic load carbohydrate and fiber intake, and measure of insulin sensitivity, secretion, and adiposity in the Insulin Resistance Atherosclerosis Study. Diabetes Care, 2005 Dec; 28(12):2832-8.
  22. The National Centers for Disease Control and Prevention. National Diabetes Fact Sheet, 2005, http://www.cdc.gov/diabetes/
  23. Rolls BJ, Ello-Martin JA, Tohill BC. What can intervention studies tell us about the relationship between fruit andvegetable consumption and weight management? Nutr Rev Jan;62(1): 1-17, 2004.
  24. Tohill BC, Seymour J, Serdula M, Kettel-Khan L, Rolls BJ. What epidemiologic studies tell us about the relationship between fruit and vegetable consumption and body weight. Nutr Rev, 2004 62(10):365-74.
  25. American Diabetes Association. Nutrition Principles and Recommendations in Diabetes Diabetes Care, 2004 27,S1:S36-S46
  26. Yao M, Roberts SB. Dietary energy density and weight regulation Nutr Rev 2001 59(8 Pt 1):247-58.
  27. Chandalia M, Garg A, Lutjohann D, Klaus VB, Grundy SM, Brinkley LJ. Beneficial effects of high dietary fiber intake in patients with diabète de type 2 mellitus. New England Journal of Medicine 342:1392-1398, 2000.
  28. Brand-Miller J, Hayne S, Petocz P, Colagiuri S. Low-glycemic index diets in the management of diabetes. Diabetes Care 26:2261-2267, 2003.
  29. Drapeau V, Despres J-P, Bouchard C et. al. Modification in food group consumption are related to long-term body weight changes. Am j Clin Nutr 2004; 80:29-37.
  30. American Diabetes Association. National Diabetes Fact Sheet, U.S., 2002. http://www.diabetes.org/diabetes-statistics/national-diabetes-fact-sheet.jsp
  31.  Osawa T, Kato Y. Protective role of antioxidative food factors in oxidative stress caused by hyperglycemia. Ann NY Acad Sci 2005; 1043:440-51.
  32. Scott JA, King GL. Oxidative stress and antioxidant treatment in diabetes. Ann NY Acad Sci, 2004 1031:204-13
  33. Ford ES, Mokdad A, Giles W, Brown D. The metabolic syndrome and antioxidant concentrations: Findings from the third National Health and Nutrition Examination Survey. Diabetes, 2003, 52:2346-2352.
Retour Voir l'article suivant