Équation nutrition

N° 224 | février 2022
Imprimer

Activité physique et alimentation saine : un duo gagnant

En bref

Découvrez cinq articles scientifiques récents issus de notre veille sur l'alimentation, la santé et la durabilité.

Corée : une consommation accrue de fruits, légumes et de certains nutriments est associée à un risque plus faible de syndrome métabolique chez les adultes présentant des comorbidités

 

Une étude coréenne (plus de 67 000 adultes suivis durant 10 ans) a analysé le rôle de certains micronutriments et de la consommation de fruits et légumes sur le syndrome métabolique. Selon ce travail, une consommation importante de légumes (blancs et rouges) est associée à un risque moindre de syndrome métabolique. Pour les fruits un risque réduit n’est observé que chez les hommes. Enfin, chez les adultes présentant des comorbidités, un risque de syndrome métabolique réduit est observé avec une augmentation de l'apport quotidien en vitamine B2 et rétinol, ainsi qu’avec une consommation élevée de fruits et de légumes (blancs et rouges).

Nguyen HD, et al. Higher intakes of fruits, vegetables, and multiple individual nutrients is associated with a lower risk of metabolic syndrome among adults with comorbidities. Nutr Res. 2021;99:1-12.

Maladie métabolique femme en surpoid mangeant un plat à base de légumes

Une alimentation plus saine pourrait permettre un gain d’espérance de vie de 10 ans pour les jeunes adultes

Une équipe de l’Université de Bergen (Norvège) a récemment modélisé le gain d’espérance de vie que permettrait l’amélioration de nos consommations alimentaires. Selon ce travail, le passage d'un régime occidental typique à un régime optimisé au plan nutritionnel pourrait permettre un gain d’espérance de vie de plus de 10 ans chez les personnes de 20 ans. Les gains sont plus importants chez les hommes que chez les femmes. Pour les personnes plus âgées, les gains seraient moindres mais substantiels. L’outil utilisé, le calculateur « Food4HealthyLife », pourrait être utile aux cliniciens, aux décideurs et au grand public pour comprendre l'impact des choix alimentaires sur la santé.

Fadnes LT, et al. Estimating impact of food choices on life expectancy: A modeling study. PLoS Med. 2022;19(2):e1003889.

Jene femme mangeant une salade

Aliments végétaux biologiques vs. conventionnels : pas de différences

Une récente revue de la littérature a examiné les connaissances disponibles sur l’influence de l’agriculture biologique sur l'environnement, les producteurs, les consommateurs et la société. Les qualités physico-chimique, nutritionnelle et phytochimique des aliments végétaux conventionnels et biologiques ont aussi été comparées. Les auteurs de ce travail soulignent que, malgré l’existence de débats sur le sujet, les connaissances scientifiques actuelles ne montrent pas de différence notable entre les aliments conventionnels et ceux issus de l’agriculture biologique que ce soit en termes d'impact environnemental, de qualité nutritionnelle, de sécurité et d'effets sur la santé. Ils identifient 5 conclusions clés : 1. L’agriculture biologique utilise des pesticides naturels et des pesticides de synthèse à faible dose; 2. Le contrôle difficile des aflatoxines et de la contamination bactérienne est courant en agriculture biologique ; 3. La réduction du rendement des plantes est typique du système biologique ; 4. La qualité sensorielle et nutritionnelle des aliments biologiques n'est pas supérieure à celle des aliments conventionnels. 5. Le risque de perte d'aliments et d'augmentation du prix des produits biologiques est plus élevé que celui des produits conventionnels.

Giampieri F, et al. Organic vs conventional plant-based foods: a review, Food Chemistry, 2022 fEB,132352,ISSN 0308-8146.

 

Agriculture bio, conventionnelle, agricultrice récoltant des choux

Des ateliers culinaires à l’école sont associés à une offre alimentaire plus saine à la maison ainsi qu’à de meilleurs facteurs psychosociaux liés à la préparation des repas chez les enfants

Une équipe malaisienne a évalué l’efficacité d’une intervention réalisée à l’école auprès d’enfants de 10-11 ans (83 enfants) et leurs parents. Durant 12 semaines, les participants ont suivi cinq modules pratiques intégrant des ateliers culinaires et un module d’éducation nutritionnelle (toutes les 2 semaines). La disponibilité d’aliments sains à la maison et les facteurs psychosociaux associés à la préparation des repas sains (connaissances, attitude, pratique et auto-efficacité) ont été évalués chez les participants et chez un groupe témoin. Dans le groupe participant, le score moyen des quatre facteurs évalués et la qualité des repas étaient plus élevés. De même, une disponibilité accrue de fruits, légumes et d’aliments sains a également été notée chez les bénéficiaires de l’intervention.

Ng CM, et al. Culinary Nutrition Education Improves Home Food Availability and Psychosocial Factors Related to Healthy Meal Preparation Among Children. J Nutr Educ Behav. 2022;54(2):100-108.

Cours de cuisine à l'école

Maladie d’Alzheimer : une revue examine les mécanismes liant la maladie à la nutrition et au microbiote.

De plus en plus d’études animales se penchent sur l’axe intestin-cerveau et montrent une implication potentielle de la composition du microbiote dans la physiopathologie et la progression de la maladie d’Alzheimer. Peu d’études de ce type ont été réalisées chez l’homme et aucune n'a considéré le régime alimentaire comme un déterminant de la composition du microbiote intestinal. Une récente revue de la littérature a passé en revue les connaissances disponibles. Ce travail souligne que les études épidémiologiques montrent qu’une consommation importante de fruits et légumes pourrait ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer. Cet effet serait lié à la présence de certains composants tels quel les fibres ou les polyphénols. Ces derniers présentent en effet des activités antioxydantes, antiinflammatoires et anti-apoptotiques qui pourraient contrebalancer les mécanismes physiopathologiques de la démence. Plus largement, les auteurs soulignent le besoin de connaissances complémentaires.

Ticinesi A, et al. Interaction Between Diet and Microbiota in the Pathophysiology of Alzheimer's Disease: Focus on Polyphenols and Dietary Fibers. J Alzheimers Dis. 2022 Feb 9.

Jeune femme cuisinant avec sa grand-mère, maladie d'Alzheimer

Retour