N° 227 | mai 2022
Imprimer

Pratiques parentales d'alimentation et comportements alimentaires des enfants

Fruits et légumes : quand les pères donnent l’exemple

Enfant parent alimentation influence

L’influence des parents a été identifiée comme un facteur déterminant des choix alimentaires et des habitudes de consommation des enfants. Divers facteurs entrent en jeu, parmi lesquels le rôle de modèle ainsi que les croyances et pratiques alimentaires. Cependant, le rôle des pères, en particulier, a été peu étudié. Une étude récente réalisée sur plus de 10 000 binômes père-enfant de 6 pays européens, montre que les enfants dont les pères mangent des fruits et légumes chaque jour consomment eux aussi plus fréquemment ces aliments.

Le développement des préférences alimentaires des enfants est multifactoriel et implique une interaction complexe entre la génétique et les facteurs environnementaux, notamment l’environnement familial (Scaglioni, 2018). L’influence des parents a été identifiée comme un facteur déterminant des choix alimentaires et des habitudes de consommation des enfants. Divers mécanismes entrent en jeu : disponibilité des aliments à la maison, rôle de modèle, règles familiales mais également les pratiques et croyances alimentaires des parents (Scaglioni, 2011)

Des preuves convaincantes, issues d’études transversales, montrent que, dans les familles où les parents consomment régulièrement des fruits et légumes, les enfants ont également une consommation accrue d’aliments sains (Draxten, 2014; Jones, 2010; Rodenburg, 2012). Cependant, les recherches ne se sont concentrées que sur la relation entre les habitudes alimentaires des mères et celles des enfants, tandis que l’on sait peu de choses sur l’influence des pères.

Ainsi, cette étude (Papamichael, 2021) a analysé les consommations de fruits et légumes d’enfants de 6 pays européens et les a mis en relation avec les consommations de leurs pères en considérant le niveau d’éducation du père et de l’insécurité des revenus familiaux.

Une faible consommation de fruits et légumes chez les enfants européens, en particulier dans les pays du sud

D’après ce travail, la consommation de fruits et légumes chez les enfants est faible. Seuls 45,6% d’entre eux consomment des fruits frais 1 à 2 fois par jour ; 37,7%, pour les légumes frais.

Des différences apparaissent entre les pays. De façon générale, les faibles consommations de fruits et légumes sont principalement observées dans les pays du sud de l’Europe (Grèce, Espagne, Hongrie). Ainsi, chez les enfants, la consommation de fruits frais 1 à 2 fois par jour varie de 61,1% en Belgique à 34% en Hongrie (Figure 1). Pour les légumes frais, la part d’enfants qui en consomment 1 à 2 fois / jour va de 61,6% en Belgique à 20,1% en Grèce (Figure 2). Chez les pères, seuls 65,9% consomment quotidiennement des fruits et légumes. Les pères belges sont ceux chez qui la fréquence de consommation est la plus élevée (79,8%), les Hongrois ceux chez qui elle est la plus faible (43,8%) (Figure 3).

Figure 1 : Pourcentage d’enfants consommant 1 à 2 portions ou moins d’une à 2 portions de fruits frais par jour.
Figure 2 : Pourcentage d’enfants consommant 1 à 2 portions ou moins d’une à 2 portions de légumes frais par jour.
Figure 3 : Pourcentage des pères consommant quotidiennement ou non des fruits et légumes dans les pays européens.

Figures adaptées de Papamichael et al. Fathers’ daily intake of fruit and vegetables is positively associated with children’s fruit and vegetable consumption patterns in Europe: The Feel4Diabetes Study J Hum Nutr Diet. 2021;1–13.

La consommation de fruits et légumes des pères est un facteur prédictif de la consommation des enfants

Des associations positives significatives ont été observées entre la consommation quotidienne de fruits et légumes chez les pères et la fréquence de consommation des enfants. En effet, lorsque les pères consomment quotidiennement des fruits et légumes, les enfants sont respectivement 2,75 fois et 2,55 fois plus susceptibles d’en consommer 1 à 2 fois par jour.

Cette association reste significative après ajustement pour tenir compte du niveau d’éducation du père et de l’insécurité du revenu familial hormis pour la Grèce. Ces résultats soulignent que le niveau d’éducation et l’insécurité des revenus du père pourraient être des facteurs importants à prendre en compte pour la consommation de fruits et légumes en Grèce.

Sur la base de ces résultats, les auteurs invitent à ne pas se focaliser uniquement sur les mères et inclure les pères dans les actions visant à faire évoluer les habitudes alimentaires des familles.

Par ailleurs, considérant le gradient de consommation de fruits et légumes observé entre nord et sud de l’Europe, les auteurs soulignent qu’une attention particulière devrait être apportée aux pays du sud dans les politiques de prévention.

Messages clés
  • Cette étude montre que les enfants dont les pères consomment quotidiennement des fruits et légumes ont plus de chance d’en consommer 1 à 2 fois par jour.
  • Les futures stratégies de promotion de la consommation de fruits et légumes à destination du grand public devraient s’adresser aux deux parents et pas simplement aux mères.
  • Les décideurs politiques devraient accorder une attention particulière aux familles vivant dans les régions du sud de l’Europe.
Méthodologie

Basé sur : Papamichael et al. Fathers’ daily intake of fruit and vegetables is positively associated with children’s fruit and vegetable consumption patterns in Europe: The Feel4Diabetes Study J Hum Nutr Diet. 2021;1–13.

Références
Retour Voir l'article suivant