N° 221 | novembre 2021

Alimentation et impact environnemental

Imprimer

Édito

Bandeau-Equation-nutrition-novembre-2021-Alimentation et impact environnemental

La COP26, qui touche à sa fin, nous rappelle que le changement de régime alimentaire peut contribuer à diminuer l’impact environnemental. L’édition de novembre d’Equation Nutrition présente trois  perspectives de l’impact environnemental de notre alimentation, ainsi qu’une modélisation innovante qui répond à certaines questions importantes.

  • Kovacs et coll.  comparent l’impact carbone de l’adhésion  aux recommandations nutritionnelles de l’Allemagne, de l’Inde, des Pays-Bas, d’Oman, de la Thaïlande, de l’Uruguay et des États-Unis.  Ils examinent comment les différentes recommandations nutritionnelles de chaque pays contribuent aux émissions de gaz à effet de serre résultantes,  et le rôle des habitudes culturelles alimentaires. La comparaison des recommandations des sept pays et du régime de référence EAT-Lancet montre que seule l’adhésion aux recommandations indiennes se traduit par une réduction de l’empreinte carbone.
  • Colombo et coll. ont modélisé quatre approches, dans lesquelles la consommation totale de fruits et légumes par personne au Royaume-Uni passe du niveau moyen actuel à cinq portions par jour. Ces modèles comprennent une consommation accrue de légumes (et de fruits) cultivés au Royaume-Uni ou l’augmentation de la consommation mondiale de légumes (et de fruits). Les auteurs ont constaté des effets bénéfiques sur la santé pour les quatre modèles, avec une augmentation de l’espérance de vie de 7 à 8 mois.
  • Torstensson et coll.  proposent un autre point de vue sur cette question, dans une analyse vraiment intéressante examinant les plats les plus couramment préparés dans les foyers suédois à l’aide des données sur les ventes au détail. Ils explorent les possibilités d’adapter les plats en vue de respecter les recommandations en matière de nutrition et d’impact climatique. Ils soulignent l’importance du choix des protéines, et  le rôle que peuvent jouer les détaillants pour proposer des aliments ayant un impact climatique moindre et une valeur nutritionnelle plus élevée.

Christian Reynolds
Maître de conférences, Center for Food Policy, City, Université de Londres, Royaume-Uni

  • Christian Reynolds est maître de conférences au Centre for Food Policy, City University, à Londres et chercheur associé à l’Institute for Sustainable Food, Université de Sheffield, et à l’Institut Barbara Hardy for Sustainable Environments and Technologies, Université d’Australie du Sud.
  • Les recherches du Dr Reynolds portent sur les impacts économiques et environnementaux de la consommation alimentaire, avec un focus sur une alimentation durable, saine et abordable, le gaspillage alimentaire et comment adopter une alimentation et cuisine durables.
  • Le Dr Christian était auparavant chercheur en santé publique au Rowett Institute of Nutrition and Health, Université d’Aberdeen, où il a étudié les régimes alimentaires sains et durables pour les groupes à revenus élevés et faibles en utilisant la programmation linéaire et la modélisation basée sur des agents.
  • De 2017 à 2020, Christian Reynolds a été détaché auprès du WRAP en tant que spécialiste technique de la durabilité alimentaire internationale. Dans ce rôle, il a travaillé sur l’intégration de messages dans une alimentation saine et durable et pour réduire le gaspillage alimentaire.
Christian Reynolds
Centre for Food Policy City, University of London, ROYAUME-UNI
Voir l'article suivant